BIRMANIE : La répression militaire fait un premier mort /Réflexion Réflexion
 

BIRMANIE : La répression militaire fait un premier mort

Réflexion February 19, 2021, 5:33 pm Répression des militaires birmans

Manifestations

La répression des militaires birmans a fait une première victime vendredi, avec le décès d'une jeune fille blessée par balle la semaine dernière, devenue une icône pour les manifestants qui continuent à se mobiliser pour dénoncer le putsch.

Une bonne partie du pays s'est soulevée quand la junte a déposé la cheffe du gouvernement civil Aung San Suu Kyi le 1er février et l'a placée en résidence surveillée. Les forces de sécurité birmanes ont montré leur détermination à réprimer toute dissension en déployant des troupes contre des manifestations pacifiques, et en utilisant gaz lacrymogènes, canons à eau et balles en caoutchouc contre les manifestations. La jeune Mya Thwate Thwate Khaing a reçu une balle dans la tête au cours d'une manifestation violemment réprimée à Naypyidaw, la capitale administrative de la Birmanie, le 9 février. L'hôpital où la jeune femme de 20 ans a été admise a confirmé qu'elle était décédée peu avant midi vendredi, après 10 jours passés en soins intensifs. Les autorités ont affirmé que seules des balles en caoutchouc avaient été utilisées lors de la manifestation, mais des docteurs de l'hôpital qui a accueilli des blessés ont indiqué qu'au moins deux personnes avaient été touchées par des balles réelles. La jeune femme, qui travaillait dans une épicerie, est la première victime confirmée de la répression des généraux birmans. Elle est déjà une icône pour les manifestants. Certains défilent avec sa photo et une bannière à son image a été déployée sur un pont.

"

"


February 19, 2021, 5:33 pm