Mots pour maux : À la recherche de Mostaganem d’antan !/Réflexion Réflexion
 

Mots pour maux : À la recherche de Mostaganem d’antan !

Réflexion January 13, 2021, 3:54 pm Mostaganem

Mots pour maux

Passant un sale moment, quelques instants avant que ma montre ne sonne l’heure du confinement, il est déjà dix-huit heures, les commerçants s’apprêtent à fermer, et on entend que le bruit des rideaux des magasins qui se ferment. A l’intérieur du marché couvert le signal pour  vider les lieux a été donné, et les boutiquiers, en course contre le temps, en files bien ordonnées  avancent à pas pressés, pour se débarrasser de leurs ordures et leurs cartons d’emballage. Ainsi la guerre contre la nature commence ! Et en quelques minutes toutes les arcades et les ruelles se transforment en décharges publiques.

A dévisager le nouveau visage de la ville qui vient de s’offrir un nouveau toilettage, j’ai eu l’impression comme si je voyageais dans une ville inconnue à la recherche d’un repère ou d’une plaque signalétique pour trouver ma ville natale, Mostaganem. 

Je ne reconnaissais plus ma ville ou même l’endroit où je me trouvais, comme si les ruelles et les arcades se sont envolées soudainement pour laisser la place à une autre ville fantôme ! Sans itinéraire, égaré, j’étais obligé d’errer pour me retrouver. 
Offusqué par des images de tas d’ordures, des sachets bleus qui couvrent les petits arbres plantés sur des trottoirs flambants neufs, des débris, des dos d’ânes à la taille d’un âne, des voitures garées en sens inverse et d’autres sur les trottoirs. Je ne me retrouvais plus !

Soudain, un immense chantier de tramway abandonné, donnant un décor de rails sectionnant les ruelles de cette agglomération inconnue, des tas de grosses pierres, des bordures de la taille de chameaux et fils de fer qui ceinturent les petites voies et des routes coupant la circulation aux véhicules et aux piétons et des écriteaux de ‘’Cosider’’ qui divertissent les passants, me rafraichissent la mémoire, et du coup je me dis, je crois que je suis à Mostaganem.

Non convaincu, j’ai  marché un peu plus loin pour cesser de tourner en rond. Pris de fatigue, je m’isole sur une petite banquette, près d’une grande mosquée. Une structure qui me semblait déjà vue, et j’avais le pressentiment de connaitre cet endroit…oui, en effet il s’agit de l’ancien siège de la daïra.

Mais un autre spectacle terrifiant de carcasses de maisons démolies, me plonge encore dans le doute et le suspense, c’est comme si je  me trouvais dans un champ de guerre ou une ville occupée par Daesh. 

C’est ainsi qu’un sentiment de peur m’invite à quitter l’anarchie du centre-ville et les malheurs des artères et aller noyer mon angoisse à la mer. A la plage des ‘’Sablettes’’ ma mémoire me revenais et je l’ai bien reconnue cette zone touristique avec ses commerces de bidonvilles qui décorent son accès principal et ses buildings qui cachent la vue sur mer et ses plages privatisées…Enfin j’ai retrouvé ma Mostaganem, celle d’aujourd’hui, mais je suis encore à la recherche de Mostaganem d’antan ! 


January 13, 2021, 3:54 pm