Cheikh Maamar, ambassadeur d’un panegyrisme sacre et séculaire/Réflexion Réflexion
 

Cheikh Maamar, ambassadeur d’un panegyrisme sacre et séculaire

MAZOUZI Mohamed Cadre de l’Enseignement en retraite July 9, 2021, 6:45 pm Mostaganem

Cheikh Maamar,

« Le plus beau patrimoine est un nom révéré ». Victor Hugo

Une lumière s’est éteinte dans un ciel obscurci par un chaos politique, social, culturel et moral. Une lumière s’est éteinte dans l’anonymat, dans un monde où les gens ont cessé de lever leurs yeux vers le firmament pour admirer ces scintillantes constellations qui illuminaient nos vies et nos voies sombres et tortueuses.

  Mazouzi Mohamed

Nous poursuivons notre chemin essayant de sortir indemnes des ravages d’un monde consumériste effroyable, vain et vaniteux.Toutes les sociétés, de la plus primitive à la plus évoluée sont habitées par ce besoin irrépressible de chanter leur présence sur terre. On retrouve ces formes d’expressions (scripturales, orales ou picturales) multiples et variées en toutes circonstances. (Joies, deuils, révoltes, Amour, déceptions, injustices…) Cette façon de marquer, chanter, narrer, consigner et transmettre notre présence physique et spirituelle constitue notre identité sans laquelle nous ne serions que des bouffons, des spectres.

Cheikh Mâamar n’était ni un député, ni un Ministre, ni un Wali, ni un promoteur immobilier,ni un «Béznassi » qui n’avait rien à offrir qui puisse survivre au temps et aux aléas d’une existence morne et hasardeuse. Il faisait partie de ces personnes vertueuses qui entretiennent les légendes essentielles à notre « Mémoire Collective» et l’empêchent de se dissoudre dans un magma de trivialités et d’égoïsmes affligeants, Il était de ceux qui vécurent dignement , austères, pieux, pudiques et discrets , quasiment à la marge d’une société vaniteuse et distraite , éclaboussée de tragédies , de scandales et d’immoralités. Il faisait partie de ces rares ambassadeurs ou émissaires intemporels qui détenaient ce don particulier de voyager dans le temps et d’ouvrir des vortex qui donnaient sur un passé, une histoire, des légendes, un patrimoine immatériel impérissable.

Cheikh Mâamar sera le chantre du plus grand chantre du Prophète (BSSL), Sidi Lakhdar Benkhlouf.

La Région du Dahra s’enorgueillissait déjà de ce grand Saint panégyriste et guerrier du XVIe siècle qui consacrera sa vie durant, supportant risées et déboires, à chanter avec une ferveur inégalable son amour pour le prophète (BSSL). Quelques siècles plus tard, c’est au tour du Cheikh Mâamar ainsi que de beaucoup d’autres bardes et artistes de perpétuer cette mission si pure et si noble.

« Médahék la ténssah », sublime leitmotiv et l’un des fondements de notre foi qui redonnait de l’espoir à tous ceux qui furent les panégyristes du Prophète (BSSL), leur raison de vivre et de lutter, et ils furent nombreux. En effet, Cheikh Mâmar nous permettra de ne rien oublier, d’honorer cette dette de mémoire et de nous désaltérer à cette mystérieuse fontaine intarissable d’où coulaient ces incantations magiques, thaumaturgie miraculeuse qui berçait, nourrissait et guérissait nos âmes frêles et vulnérables.

Nous nous étions jadis rituellement et avec une fébrile impatience accoutumés à suivre son académie ambulante, à Mostaganem, de quartier en quartier, lieux mémorables, hospitaliers, pleins de vie et généreux. Mostaganem avait une âme, une personnalité, des références, des spécificités culturelles reconnues et appréciées ; La ville incarnait des traditions qui inspiraient la paix, la dignité et un « vivre ensemble » qui se sont effilochés au fil du temps.

Cheikh Mâamar , grâce à lui et à ses pairs , nous eûmes le privilège de découvrir l’inestimable anthologie de ce qui sera la substance même et la quintessence de la poésie populaire «Chiir el-melhoun »   ( Lakhdar Benkhelouf , Abdelaziz EL Maghraoui , Kaddour El Alami , Ben Ali Chrif Oueld Rzin EL Oumrani , Benslimane ,Mohamed El Masmoudi , Cheikh Medaghri Touhami , Cheikh Mohamed El Ennadjar (Moul Ennaâoura) , Hadj EL Baqali , Said EL Mendassi , Ahmed Bentriki , Cheikh Bettobdji  Abdelkader , Ben Brahim Mustapha, Ben Msayeb , Bensahla...)

Nous prions Dieu de lui accorder son pardon, sa clémence, sa miséricorde et de l’accueillir dans son Vaste paradis. Nos condoléances les plus attristées à sa famille et à Mostaganem d’antan.

Merci au défunt Maitre pour un demi-siècle de bonheur et du privilège d’avoir écouté quelque chose de sacré, de sensé et d’inoubliable.

 

"


July 9, 2021, 6:45 pm