KENADSA (BECHAR) : Les anciens mineurs des Houillères vivent dans la précarité/Réflexion Réflexion
 

KENADSA (BECHAR) : Les anciens mineurs des Houillères vivent dans la précarité

Ahmed Messaoud September 10, 2021, 2:49 pm BECHAR

La ville de Kénadsa

La ville de Kénadsa, une ancienne citée minière de charbon à l’époque coloniale située à 18 km au sud du chef-lieu de wilaya de Béchar, abrite des retraités de la mine et leurs ayants droits.  L’occasion de notre déplacement dans cette ville a été pour certains anciens mineurs encore en vie d’évoquer des moments chargés de fortes émotions et de souvenirs.

Prenant la parole à cette occasion, un ancien mineur a décrit  les pénibles conditions de travail du fond de la mine à l’époque et dit que la plupart des mineurs de fond ont prématurément été tués par la silicose et que d’autres luttent encore contre la terrible maladie qui les mine. Il fait remarquer que leurs veuves ne perçoivent qu’une modique et insignifiante pension variant entre 12.000 et 17.000 DA par mois. Pension, dit-il, devenue obsolète devant une inflation galopante.  Allali Belkheir,  un ancien mineur, le dos voûté et titubant, prend à son tour  la parole pour décrire en quelques mots la surexploitation du travail au fond de la mine de charbon dans les années 1940-1950 pour un salaire dérisoire. Ces « gueules noires » comme on les surnomme, survivants de cette épreuve, s’en sortent tant bien que mal pour l’instant grâce à la solidarité familiale et au soutien financier apportés par leurs progénitures qui continuent à les entretenir. Cette catégorie sociale des anciens travailleurs des Houillères du sud oranais aspire à l’adoption d’un statut honorable, au recouvrement de la dignité et à la reconnaissance.


September 10, 2021, 2:49 pm