Mots pour maux: Le wali n’est pas partant !/Réflexion Réflexion
 

Mots pour maux: Le wali n’est pas partant !

Réflexion January 20, 2021, 3:31 pm Mots pour maux

Mots pour maux

Ils trouvent toujours de l'argent pour faire la guerre à ceux qui ne partagent par leurs attitudes, leurs desseins et leurs ambitions. Ils sont prêts à sacrifier quelques dinars pour éliminer tous ceux qui les dérangent. Les  taxer d’agitateurs, poster des lettres anonymes pour les malmener par des enquêtes, payer des huissiers de justice pour pourrir leur vie et aboyer de tous bords, seuls maitres à bord !

 Croyants être à l’abri à l’intérieur d’une tour gardée par des corrompus et des videurs de clubs de nuit, ils mettent les bâtons dans les roues de tous ceux qui osent les contredire. Une poignée de riches et de faux promoteurs s’accroche à la queue du pouvoir comme des parasites, tantôt ils applaudissent, tantôt ils manifestent. Quand tout va bien, et les affaires marchent comme sur des roulettes, ils sont là dans les salons aux Sablettes ou ‘’Ouillis’ ’en train de humer l’odeur de l’argent amassé mais quand ça va mal, et les portes de l’administration se ferment, ils allument la colère des sans logements pour importuner le pouvoir et revenir en pompiers.

A Mostaganem comme d’autres villes du pays, le plus grand ennemi de la société c’est l'argent. S’opposer au wali ou au ministre, cette mafia politico-financière est capable de tout ! L’exemple d’un promoteur à Mostaganem, se sentant négligé, ses projets bloqués et affaibli par des affaires en justice, il chuchote dans les oreilles de ses acolytes, ‘’qu’il va limoger le wali’’ Poussé à dire ses ragots dans un coup de colère ou un coup d’orgueil, juste pour se sauver la face... Il n’est pas excusable, car de tels propos poignardent la crédibilité de l’Etat de droit, sème la rumeur et cultive le doute !

Il n’est pas le seul, c’est tout un trio qui campe derrière une poignée de soi-disant société civile en quête de se positionner pour les prochaines législatives, payée à la mission par l’argent sale de cet oligarque. En effet, la dernière intervention du wali pour empêcher un rassemblement au moment de la Covid, à Sidi Ali, a fait sortir de leur niche, ces chiots associés pour aboyer le départ du wali ! Malheureusement, c’est un coup d'épée dans l’eau ? Le wali n’est pas partant, il restera aussi longtemps que le président de la République le veut. Depuis quand un chasseur de lots de terrain, un politicien né de la dernière pluie et un petit élu communal, limogent ou mutent, un haut fonctionnaire nommé par décret présidentiel et surtout un responsable du rang de wali ? Quand l’argent s’associe à la connerie et quand la politique épouse un illettré, on n’assiste pas seulement à un divorce mais un ‘’Kholaa’’ à la méthode algérienne dont le zélé ‘’ père de cette secte’’ va payer la ‘’nafaka’’ !


January 20, 2021, 3:31 pm