Coup d'Etat en Birmanie : Condamnations internationales /Réflexion Réflexion
 

Coup d'Etat en Birmanie : Condamnations internationales

Réflexion February 1, 2021, 3:42 pm Birmanie

Coup d'Etat en Birmanie

Le coup d'Etat perpétré lundi en Birmanie par l'armée, qui a arrêté la cheffe de facto du gouvernement civil Aung San Suu Kyi et d'autres dirigeants, a entraîné une pluie de condamnations à travers le monde.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, condamne "fermement" l'arrestation par l'armée d'Aung San Suu Kyi et d'autres dirigeants politiques. Avec "la déclaration du transfert de tous les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires aux militaires", "ces développements portent un coup dur aux réformes démocratiques en Birmanie". Pékin appelle les acteurs politiques birmans à "régler leurs différends dans le cadre de la Constitution et des lois afin de maintenir la stabilité politique et sociale", selon Wang Wenbin, un porte-parole de la diplomatie chinoise. "Les Etats-Unis s'opposent à toute tentative de modification des résultats des récentes élections ou d'entrave à une transition démocratique en Birmanie et vont agir contre les responsables si ces mesures (les arrestations, ndlr) ne sont pas abandonnées", selon un communiqué de la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki. Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, appelle l'armée "à libérer tous les responsables du gouvernement ainsi que les dirigeants de la société civile et à respecter la volonté du peuple de Birmanie telle qu'exprimée lors des élections démocratiques du 8 novembre". "Nous suivons très attentivement et nous analysons la situation en Birmanie", déclare à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, il "est très tôt pour en donner une évaluation". Le président du Conseil européen Charles Michel condamne "fermement" le coup d'Etat et réclame sur Twitter "la libération immédiate" des personnes arrêtées, appelant à respecter le résultat des élections. Le peuple birman "veut la démocratie. L'UE est avec lui", tweete le chef de la diplomatie européenne Josep Borrel. Paris appelle à ce que "le résultat du vote des Birmans soit respecté" et "discute avec ses partenaires dans le cadre des instances internationales", selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas "condamne fermement" le coup d'Etat et les arrestations, demandant "aux militaires de libérer immédiatement les membres du gouvernement et du Parlement arrêtés" et de reconnaître le résultat des élections.


February 1, 2021, 3:42 pm