FERMETURE DU PORT SEC D‘ORAN : Un millier d’employés au chômage !/Réflexion Réflexion
 

FERMETURE DU PORT SEC D‘ORAN : Un millier d’employés au chômage !

Medjadji Habib April 5, 2021, 8:30 pm Oran

Port Sec Oran

La fermeture des 16 ports secs du pays va contribuer à l’épuisement des réserves de change du pays par les différents retards d'accostage des navires qui accostent au large des ports d'Algérie, sachant bien que le transport maritime est géré à 98,% par les sociétés étrangères, estiment des spécialistes.

Cette situation est préjudiciable à la fois aux exploitants, à leurs employés, si l'on prend l'exemple du port sec d’une société à Oran qui emploie plus de 400 agents permanisés postes directs et 400 autres contractuels, on réalisera que un millier d’employés (direct et indirect), vont se retrouver au chômage, voire des familles entières qui vont mendier à la veille du mois sacré de Ramadhan, ceci sans parler des pertes économiques pour le pays et particulièrement la région oranaise !

On punit les entreprises qui réussissent ?

 En effet , le port sec d’Oran , sur le plan organisationnel est au top niveau avec un investissement de plus de 04 milliards de dinars, possède des moyens humains et matériels forts, si l'on cite celui du scanner haut de gamme opérationnel H 24,avec éventuellement un guichet unique pour le traitement des dossiers où tout se fait avec l'ensemble des intervenants existants notamment ceux de la SCP ,le  Vétérinaire et physio-sanitaire ainsi que la division complète de la douane sous la supervision de l'inspecteur principal. Il faut aussi préciser que ce port sec dispose d'un parc pour abriter les containers de produits dangereux du stockage des containers réfrigéré .De ce fait, l'alliance existante entre les gros armateurs est de procéder à l'augmentation de 03 fois les prix du fret maritime, à titre d'exemple, ASIE-ALGERIE, tous ports confondus varie entre 4.200  et 4800 dollars , bien qu'à l'heure actuelle, les prix ont atteint entre 12.000 jusqu'à 13.000 dollars avec la baisse du prix du baril de pétrole durant cette période du Covid 19.

Dans la loi des finances algérienne de 2021, le ministre des transports a procédé à la hausse de l'autorisation de transfert des surestaries qui ont été revues  allant de 90 jours à 180 jours soit 06 mois, chose qui est anormale, du fait qu'au lieu de négocier à la baisse l'autorisation des transferts on enregistre le contraire, nous a-t-on expliqué. Il faut aussi citer le Soulagé du fuel où la majorité des agents consignataires sont la propriété des armateurs, du moment où les opérations de soutage ne sont déclarées que sur les comptes d'escale pour consommer les montants en dinars et non en monnaie étrangère comme le stipule la réglementation en vigueur, de ce fait, ils ne sont pas déduits du compte d'escale en devise de l'armateur avec en plus une constatation d'une facture de charge afin de diminuer le compte de résultat à déclarer aux impôts. Pour le consommateur algérien, l'ensemble de ces coûts vont être supportés par le dernier maillon de la chaîne du consommateur algérien, les prix des biens produits localement et importés vont augmenter.  

Actuellement la surcharge des ports maritimes induit automatiquement un retard dans les opérations de chargement ou de déchargement des navires."Ce retard se répercute sur les surestaries et fait augmenter les indemnités versées en devise à des armateurs étrangers" nous ont indiqué les spécialistes. Une situation qui est à l'opposé de la doctrine du gouvernement qui vise à réduire les dépenses et à économiser les devises pour préserver les réserves de change dans ce contexte de crise économique acerbe.


April 5, 2021, 8:30 pm